Accueil » BIOGRAPHIE

BIOGRAPHIE

Né en 1951 à Bobo-Dioulasso, seconde ville du Burkina Faso, Gaston JM Kaboré grandit à Ouagadougou puis retourne dans sa ville natale où il obtient son baccalauréat littéraire en 1970.  Parti étudier en France, à l’Université de La Sorbonne Paris IV et Paris I, il obtient une Licence d’Histoire (1973), une maîtrise en Etudes Africaines (1974), un DEA d’Histoire (1975) avant d’entreprendre un doctorat de 3e Cycle auquel il mettra un terme au profit du cinéma.

Ayant pris conscience de l’importance du cinéma comme outil de réappropriation de soi, Gaston Kaboré intègre l’Ecole Supérieure d’Etude Cinématographique (ESEC) de Paris et en ressort avec un diplôme supérieur en cinéma, option Réalisation,  en 1976.

De retour au Burkina Faso, Gaston Kaboré intègre de 1977 à 1981 le Ministère de l’Information et de la Culture en tant que conseiller technique chargé du cinéma. Parallèlement à cela, il participe activement au développement du septième art dans son pays : directeur du Centre National du Cinéma du Burkina Faso (de 1977 à 1988) ; enseignant à l’Institut Africain d’Etudes Cinématographiques (INAFEC) de Ouagadougou (de 1977 à 1987) ; membre du comité d’experts pour la mise en place du Consortium Interafricain de Distribution Cinématographique (CIDC) et du Centre Interafricain de Production de Films (CIPROFILMS) (de 1977 à 1986) ; membre du Comité d’Organisation du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) depuis 1978.

Outre la réalisation de reportages et de documentaires dès 1977, c’est dans les années 1980 et 1990 que le nom de Gaston Kaboré sera mondialement connu grâce à ses films Wend Kuuni (César français du meilleur film francophone 1985), Zan Boko (Tanit d’argent des Journées Cinématographiques de Carthage 1988), Rabi (Prix spécial du Jury aux Journées Cinématographiques de Carthage 1992) et Buud Yam (Etalon de Yennenga du FESPACO 1997).

De 1985 à 1997, Gaston Kaboré remplit trois mandats électifs successifs de quatre années chacun en qualité de Secrétaire Général de la Fédération Panafricaine des Cinéastes (FEPACI). De 1989 à 2002, il est aussi Directeur Général  de  la  Société  indépendante  de  production  pour  le  cinéma   et   la  télévision «CINECOM  PRODUCTION».

Membre du Conseil Artistique de la Fondation «Afrique en Création» (de 1991 à 1993), Gaston Kaboré intègre le Conseil d’Administration de la Fondation «Ecrans du Sud» et devient Président de la Commission «Formation et Assistance technique» de cette même fondation à Paris, France (de 1992 à 1993). Par la suite, il devient par la suite co-fondateur, directeur de publication et éditorialiste de la revue africaine trimestrielle et bilingue (français, anglais) sur le cinéma, la télévision et la vidéo «Ecrans d’Afrique-African Screen» de 1992 à 1998.

Initiateur et directeur de publication de l’ouvrage «L’Afrique et le Centenaire du Cinéma » publié aux éditions FEPACI/Présence Africaine en 1995, Gaston Kaboré n’aura de cesse d’organiser des sessions de formations professionnelles en Afrique (du Sénégal à l’Afrique du Sud). Il a aussi été membre de jurys officiels internationaux de cinéma (Locarno, Venise, Cannes, Rotterdam, Berlin, Ouagadougou).

Fort de ses nombreuses expériences professionnelles et de son désir de transmission, Gaston Kaboré fonde en 2003 l’Institut Imagine dont il est l’actuel directeur.

 

Ce message est également disponible en : Anglais