Débutée le 3 juin 2020, la formation en écriture de scénario à à l’Institut Imagine a pris fin le 13 juin 2020. La cérémonie de clôture a été ponctuée par une remise d’attestations aux participants.

Cinéma

Imagine écriture en scénario

Ils étaient aux nombres de 15 personnes de toutes professions confondues à prendre part  à cette formation en écriture scénaristique encadrée par l’un des plus grand metteur en scène de l’industrie cinématographique burkinabè, Gaston KABORE. Chose qui a d’ailleurs motivé plus d’un à s’inscrire.

Selon eux, c’était une belle opportunité à ne pas manquer lorsqu’on a la chance de bénéficier de l’expertise d’un doyen. Et donc pendant deux semaines, les participants ont appris l’importance et le rôle du scénario, les techniques  à connaître pour se perfectionner dans le domaine. Les participants ont également reçu du formateur un livret sur l’écriture de scénario pour leur formation continue.

A la clôture, les apprenants ont échangé à bâtons rompus avec l’encadreur sur les films projetés pour étancher leur curiosité.

Pour le dramaturge et participant Aristide TARNAGDA, ” écrire des scénarios à toujours était un désir pour lui car c’est un défi personnel.  ”Malgré que je sois un auteur, ce monde-là me faisait un peu peur parce qu’intuitivement c’est un monde auquel je n’étais pas habitué et qui avait ces exigences. Je ne peux pas dire que toutes mes peurs ont été neutralisées. Mais ces deux semaines d’atelier m’ont permis de comprendre un minimum. Et l’expression que j’ai retenue c’est d’abord la technique. Le temps d’apprentissage m’a paru à la fois danse et insuffisant et je souhaiterais qu’on puisse avoir un deuxième temps de rencontre même si le scénario est fini où pas car je pense que c’est un cheminement.”

Annick KANDOLO affirme avoir bien compris l’importance du scénario. ”On appris que quand on veut écrire un scénario, il est toujours important d’avoir une idée, de créer des personnages qu’il faut nourrir, les permettre d’évoluer, de vivre et d’avoir des opinions.

“Et moi depuis un certain moment, j’avais griffonné certaines choses sans pour autant savoir ce que cela pouvait donner. Cet atelier donc m’a permis de savoir que cela avait du ressort et qu’il fallait juste la structurer d’une certaine façon”, a-t-elle ajouté.

Dès que j’ai appris que c’est le doyen qui va assurer la formation, je me suis précipité pour m’inscrire car nous jeunes avons besoin de formation et de repère et Gaston KABORE en est un.  En douze jours, nous avons beaucoup appris et avons reçu un livre de 400 pages environ sur lesquels nous avons travaillé. Et je retiens essentiellement de cette formation comment écrire une scène, les 7 étapes de la narration et les 22 étapes difficiles de la narration, s’est réjoui Inoussa ZONÉ, artiste photographe.

Le formateur et Directeur Général de l’Institut IMAGINE Gaston KABORE, lui, a saisi l’occasion pour féliciter les apprenants pour leur assiduité, leur dévouement et le sacrifice consenti durant la formation. Pour Gaston KABORE, ”Il n’y a aucune appréhension à avoir à propos de la qualité de ce qu’on doit écrire car c‘est à force de travailler qu’on peut s’améliorer.

“Il n’y a pas de peur à avoir en se demandant si cela ressemble à un scénario car justement, nous sommes là pour apprendre.  Moi, en vous enseignant, je continue de m’améliorer parce que je suis obligé de réfléchir beaucoup sur les difficultés auxquelles je suis passé.  Et le fait de vous les formuler, de les mettre en mots m’aident à être plus consistant. Toute création est toujours une aventure. Il n’y a pas de certitude.  Ce n’est que la concentration et l’énergie qu’on y met et le désir de raconter qui est votre carburant et forcément si vous faites tout cela, vous ne pouvez pas rater la route”, a-t-il expliqué aux participants.

 Fatim BARRO

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *