Motivation et rêve, philosophie et ambition
Pour des raisons historiques évidentes les africains comme tous les peuples assujettis durablement à des systèmes extérieurs de pensée et d’explication du monde ont perdu peu à peu les codes de démarrage du moteur de leurs imaginaires.

 Les africains doivent entreprendre pour leur propre compte l’exploration des mondes intérieurs et extérieurs tout comme celle des mondes visibles et invisibles; dans cette entreprise vitale, la conscience et le subconscient, le cognitif et le vécu, l’intuition et l’imagination, la mémoire et l’émotion en sont tous autant sollicités.
Ce faisant, ils agrandiront les horizons intérieurs et poursuivront ensemble l’inépuisable invention de leur humanité. L’imagination me paraît être le seul véhicule capable de nous transporter au delà des frontières étroites du réel et de la réalité qui nous emprisonnent souvent. II y a un pressant appel à la fécondité et à la production de sens, à une plongée dans l’univers intérieur qui est bien plus immense que le cosmos tout entier.
Cet appel doit résonner au niveau du cerveau et de la raison, de l’esprit et de l’âme, des visions et des émotions et faire écho à notre quête de l’infini. La question ultime que les africains doivent se poser est la suivante : « Qui sommes-nous ? ».
Les fragments de réponse à cette question sont disséminés dans les récits, les histoires, les contes, les mythes et les légendes que nous nous devrons d’inventer, d’écrire ou de revisiter..
Gaston J-M KABORE

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *